La question de la langue littéraire et le destin européen de Sándor Márai


Je ne ferai ici qu’aborder une notion et esquisser une réflexion sur une question très prégnante de la culture en Europe, dans les différents pays et au travers des différents groupes humains qui constituent l’espace européen.

La maison de l’auteur à Kassa (Hongrois), Kaschau (Allemand)
aujourd’hui Košice en Slovaquie

(source : By Marian Gladis (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons)

La notion de langue littéraire n’a pas, en Europe, le même sens, selon que l’on soit Britannique ou Slovène, Français ou Letton. Toute langue peut certes se faire le vecteur d’une expression plus qu’utilitaire qu’on appelle “la création littéraire” mais les conditions d’existence de l’écrit littéraire et de l’écrivain diffèrent considérablement selon la taille du groupe de locuteurs de la langue concernée et bien d’autres facteurs politiques, historiques etc. C’est ainsi que le premier roman publié en langue finnoise est l’œuvre d’Aleksis Kivi (1834-1872) à une époque où le roman en langue anglaise, française, allemande ou russe a déjà produit un socle important de la culture littéraire de ces pays respectifs.

marai-2cream-frame

Portrait de Sándor Márai en 1924 par Lajos Tihanyi
(source : Lajos Tihanyi [Public domain], via Wikimedia Commons)

Le destin de Sándor Márai (1900-1989), grand écrivain Hongrois du XXème siècle, et penseur européen convaincu, semble illustrer cette problématique. Ayant choisi de façon mature sa langue natale comme langue de son écriture, à partir des années 1920, il ne devait jamais quitter ce choix et c’est un des éléments qui a rendu plus long le chemin de son œuvre jusqu’au vaste public international.

Pour que le public francophone non familier puisse ouvrir une première porte vers cette œuvre littéraire majeure, je recommande l’excellente émission diffusée sur les ondes de France Culture en mars 2014 et dédiée à Sándor Márai réalisée en collaboration avec l’Institut Culturel Hongrois de Paris.

La traductrice Catherine Fay lors de la parution de La Nuit du Bûcher
(source : Cyrille Clément)

Dans l’actualité récente des publications en langue française, voir l’article du blog des Mardis Hongrois sur la conférence portant sur le livre “La Nuit du bûcher” de Sándor Márai à l’Institut Hongrois de Paris en octobre 2015 faisant suite à la publication du “Ce que j’ai voulu taire” aussi présenté au public à l’Institut Hongrois en avril 2015.

parution de Ce que j’ai voulu taire
(source : Cyrille Clément)

photo de couverture : Márai Sándor, selon l’ordre en Hongrois
Source : See page for author [Public domain], via Wikimedia Commons

 

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s