Le modèle historique de Kalundborg, Danemark, à l’honneur à la Recyclerie


Dans le cadre de son cycle l’Europe des Possibles, l’établissement d’écologie urbaine La Recyclerie, ouvert en 2014 dans le bâtiment de la gare désaffectée de la Porte de Clignancourt sur le réseau ferré historique de la petite ceinture, accueillait le jeudi 14 avril en matinée, en partenariat avec l’Institut de l’Économie Circulaire, un petit déjeuner très studieux sur le modèle de symbiose industrielle développé dans la ville portuaire de Kalundborg, dans l’ouest de l’île de Sealand au Danemark depuis 1965.

Kalundborg vue du ciel
(source : site internet de la commune de Kalundborg)

C’est un public nombreux qui a répondu présent aussi par le nombre élevé de questions pertinentes qui ont été adressées, durant le débat qui a suivi les interventions, aux deux oratrices venues exposer les vertus de ce modèle historique qui fait cas d’école, Mme Nina Jensen, responsable de projet au sein du Centre de Symbiose Danois et Mme … responsable … au  sein du groupe Novo Nordisk, acteur industriel historique depuis les années 1920 et leader mondial de la production d’insuline, présent sur le site industriel de Kalundborg dès le début du projet il y a plus de cinquante ans.

Nina Jensen, du Centre de Symbiose danois
(source : Cyrille Clément)

Au-delà des nombreux schémas de principe fort informatifs qu’elle a exposés (que vous pouvez retrouver sur les pages du site du Kalundborg Symbiosis) relativement au fonctionnement aussi bien technique que financier, Nina Jensen a surtout mis en évidence que le site industriel de Kalundborg est né d’une initiative locale au sein d’une communauté d’entrepreneurs qui se connaissaient bien avant même de mettre en place le projet, et qui ont pu convaincre les autorités politiques locales de rejoindre et de soutenir le projet dans la durée. Car, contrairement à ce qu’il est possible de faire en Chine sur certains parcs industriels de nos jours où l’expérience danoise a pu être synthétisée, Kalundborg est d’abord apparu de façon empirique et son évolution en 50 ans a surtout suivi une “démarche organique”, selon Nina Jensen, certaines options techniques étant progressivement abandonnées et remplacées par d’autres plus actuelles.

(source : Cyrille Clément)

À l’origine du projet, c’est le besoin en eau en très grande quantité, pour les usages industriels, notamment pour la fabrication des médicaments qui a conduit des responsables industriels d’activités différentes à chercher des solutions communes. Mais cette définition de biens industriels communs (eau, vapeur, chaleur…) a nécessité de franchir un pas considérable dans le fonctionnement des entreprises : la transparence. Transparence des comptes et transparence des business plans entre entreprises membres, tous efforts sur soi qui ont impliqué une confiance et une prise de conscience entre les décideurs partie prenante du projet.

Questions du public
(source : Cyrille Clément)

Nina Jensen a insisté sur l’importance de la présence d’un port en eau profonde car le parc de Kalundborg n’a jamais cessé d’être lié par des échanges économiques intenses. Seulement, dans certains cas, la mutualisation des procédés industriels a permis une substitution des produits locaux à des importations massives, par exemple dans le domaine des matériaux.

Voir aussi le communiqué de presse de l’Ambassade du Danemark en France sur l’événement à la Recyclerie et le communiqué de presse de l’Ambassade du Danemark en France sur la visite du Président de la République François Hollande sur le site de Novo Nordisk à Chartres.

 

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s