La beauté des motifs déclinés à l’infini


Commentaire sur la Journée de la Chemise brodée Ukrainienne “vyshyvanka
Parvis des Droits de l’Homme, Esplanade du Trocadero, Paris, 19 mai 2016

Article en cours d’écriture

À côté de la globalisation grandissante des ressources vestimentaires à travers les continents, qui est impulsée par les leaders dans le domaine de l’habillement et qui affecte l’Europe en tant que centre de conception de ce qui se porte aujourd’hui et se portera demain, une tendance se confirme dans le maintien d’un certain attachement à une identité culturelle locale, régionale ou nationale qui s’exprime, à certaines occasions, par le port de vêtements traditionnels (même d’une tradition réinventée et modernisée) dans des manifestations qui tendent à rappeler que les cultures populaires qui associent langue, cuisine, musique et vêtement ne sont pas mortes. C’est ce qui se manifeste avec bonheur aussi bien dans le Renouveau Celtique ou Mouvement Celte qui fait annuellement la démonstration de sa vivacité au Festival Interceltique de Lorient (Bretagne) que dans une manifestation, certes plus improvisée dans son organisation en France, mais non moins profonde dans son enracinement que le Jour de la Vyshyvanka, la chemise traditionnelle brodée ukrainienne, le troisième jeudi du mois de mai de chaque année qui, cette année, est tombé le 19 mai.

Il est un domaine

Le 19 mai est devenu le Jour de la Chemise Ukrainienne en Ukraine et dans les communautés ukrainiennes à l’étranger.

Distribution des motifs pour les 26 régions d’Ukraine
(source : By Qypchak (Own work) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)%5D, via Wikimedia Commons)

L’auteur de ces lignes possède lui-même une chemise brodée masculine ukrainienne, cadeau d’une amie comme témoignage d’acceptation dans la communauté.

Cette année encore, l’association Ukraine Art, sous la houlette de Jean-Pierre Pasternak, habituée des actions à forte visibilité sur les lieux les plus symboliques de Paris autour de l’identité ukrainienne, dans le format du “Flash Mob” (manifestation sur un lieu public d’une durée maximale de 2 heures).

Cette fois, il aura suffi de deployer au sol un tapis adhésif au motif d’une vyshyvanka pour simuler un “podium de mode” ou de haute couture et les bénévoles et volontaires ont exécutés un “défilé” de mode, gentiment ironique, car la chemise ukrainienne est d’abord et avant tout un objet populaire.

défilé de vyshyvanka sur fond de Tour Eiffel
(source : Cyrille Clément)

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s